Les Trypanocides pour les trypanosomoses

01-periode-de-vache-maigreLes Trypanocides sont des molécules composées du Diminazène, de l’Isométamidium et de l’Homidium, ils sont indispensables à l’élevage en Afrique Sub-saharienne et représentent plus de la moitié du marché du médicament vétérinaire. Ils interviennent dans le traitement des trypanosomoses animales, transmises par les mouches tsé-tsé. Les trypanosomoses réduisent jusqu’à la moitié du bétail une fois qu’une zone est infectée, et dans ses cas il est plus qu’urgent de faire appel à vétérinaire.

Le diagnostic clinique, qui se limite généralement à une suspicion, repose sur l’observation de symptômes qui sont peu spécifiques.

Les trypanosomoses évoluent parfois sous forme aiguë, avec des poussées de fièvre accompagnées de prostration, de larmoiements et d’œdèmes. Le plus souvent, on observe des formes chroniques avec fièvre ondulante et anémie, qui s’accompagnent de pâleur des muqueuses, de faiblesse, d’accélération du rythme respiratoire, de chute d’appétit et d’amaigrissement. Ces accès fébriles alternent avec des périodes de rémission apparente. On observe également le poil piqué, une hypertrophie ganglionnaire, un larmoiement bilatéral, un chancre d’inoculation, des troubles nerveux avec parésie et pica, des œdèmes et des avortements. En phase finale d’infection chronique, les animaux sont cachectiques.

La mise en évidence – directe ou après enrichissement – des trypanosomes dans le sang, dans les sérosités des œdèmes, dans le suc ganglionnaire, etc. est réalisée par examen microscopique de préparations, à l’état frais, ou après coloration au Giemsa. Elle permet de confirmer la trypanosomose, mais la méthode est peu sensible. Dans tous les cas, les informations apportées par le berger sont d’une grande importance dans l’identification des animaux malades.

vache-maigre-18405260Pour un traitement curatif on administre une dose dite curative ou stérilisante de trypanocide, qui vise à éliminer la totalité des parasites. En conséquence, chez les ruminants on choisira l’acéturate de diminazène à une dose curative qui sera injectée par voie intra-musculaire pour obtenir une concentration élevée de produit dans le sang circulant. Son délai d’attente pour la consommation de la viande est de 21 jours ; aucun délai n’est indiqué pour le lait mais on peut néanmoins recommander au moins 3 jours car le produit est retrouvé dans le lait.

Le traitement préventif, appelé aussi chimioprophylaxie ou chimioprévention, est celui que l’on applique à un animal sain (ou éventuellement infecté) pour le protéger contre les infections pendant une période égale à la durée de protection du produit à la dose utilisée : chez les ruminants il s’agit du chlorure d’Isométamidium qui, selon la dose administrée, de 0,5 à 1mg/kg, assure une protection de 2 à 4 mois. L’injection doit être faite en intra-musculaire profonde.

Pour traiter efficacement la trypanosomose maladie, il convient de bien identifier les animaux à traiter et d’appliquer la dose curative.

Pour assurer une prophylaxie efficace, il faut bien connaître les situations épidémiologiques de la zone et le parcours des animaux (transhumance), ce qui permet d’élaborer des programmes de chimioprophylaxie qui ne seront efficaces que si l’on traite tous les animaux du troupeau sans exception et si l’on respecte le planning de prophylaxie, c’est-à-dire l’intervalle de temps entre deux injections.

Dans tous les cas, il est essentiel de :

– s’approvisionner en trypanocide à une source agréée ;

– estimer ou mesurer le poids de l’animal de manière fiable ;

– effectuer les injections avec du matériel stérile et à usage unique ;

– ne pas économiser le produit en le sous-dosant.